Etre LEADER au CISV en quelques mots

Gari, de ton point de vue, en quoi l’expérience de leader (animateur encadrant) est-elle originale ?

Je dirais que ça n’a rien à voir avec les expériences habituelles de moniteurs de colo ou de centre de vacances. Avec le CISV, le terme de leader, de guide prend tout son sens.
Nous ne sommes pas là seulement pour animer et amuser les enfants.  Nous participons à la discussion, la conception, l’animation et l’évaluation de toutes les activités, ainsi qu’à tous les temps de vie avec les enfants. Le projet pédagogique est très important. Il faut tout le temps essayer d’adapter les activités, leur complexité ou leur accessibilité, en fonction du groupe et de son évolution. Tout ce que nous faisons est orienté vers les buts que l’on se fixe : créer des liens d’amitié et de confiance forts entre les enfants, leur donner accès à plus d’autonomie et de prise d’initiative pour être à leur tour des « leaders ».

Qu’est-ce que l’expérience de leader t’a apporté ?

 

Sans hésiter une expérience unique et inestimable de travail et de coopération internationale, des contacts et des amis dans le monde entier ou presque. J’ai aussi pu vivre le rêve fou qu’un monde plus juste, plus sain est accessible si on fait tous des efforts simples.

Pendant un camp tu parles anglais tous les jours, tu entends plusieurs langues différentes, tu rencontres ou découvres des nouvelles cultures, tu travailles avec des personnes différentes de toi mais dans un but commun… C’est riche en enseignements même pour les adultes. Tu ne dors pas beaucoup mais c’est pour la bonne cause.  Tous les jours tu vois les enfants progresser et apprendre grâce aux activités. Par ailleurs tu échanges et tu partages avec les autres adultes sur une multitude de sujets. Honnêtement je ne connais pas d’autre situation qui permette autant cela, qui t’apprenne autant sur toi et sur les autres en même temps.

Le CISV France propose une formation aux leaders qui vont participer à un programme, la conseilles-tu ?

Là aussi sans hésiter oui. C’est essentiel, pour les nouveaux comme les anciens, de se plonger dans les valeurs et les démarches de l’association avant de partir en camp. Pour les nouveaux, il faut un temps pour appréhender la grande ambition du projet pédagogique, et des valeurs ancrées. Il faut aussi prendre confiance en soi pour mener à bien une aventure qui va bouleverser la vie des enfants et les faire grandir. Et pour les anciens, c’est toujours bon d’apprendre de nouvelles choses, de les entendre un peu différemment. Par-dessus tout, d’échanger avec d’autres sur leurs expériences et leur vécus, qu’il soit bons ou moins bons. Le lien entre les gens est essentiel au CISV. C’est ce qui cimente la réussite des activités.

La formation nationale est un moment privilégié pour découvrir, apprendre et partager.